| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Statistiques

PRECEDENT

ACCUEIL

SUIVANT


Organisation militaire des armées

Un Groupe d'Armées rassemble plusieurs Armées qui se composent de deux ou trois Corps d'Armée qui comprennent eux-mêmes plusieurs Divisions. On trouve ensuite les Brigades qui se trouvent au nombre de deux ou trois par division, puis les Régiments qui comprennent deux ou trois Bataillons qui se composent de Compagnies.

Grades Français et leurs équivalents dans la Wehrmacht et la Waffen SS

Armée Française Wehrmacht Waffen SS
Soldat de 2e classe Grenadier SS Mann
Caporal Gefreiter Sturmmann
Caporal-chef Obergefreiter Rottenführer
Sergent Unterfeldwebel Unterscharführer
Sergent-chef Feldwebel Scharführer
Adjudant Kompanie Feldwebel Oberscharführer
Adjudant-chef Oberfelwebel Hauptscharführer
Sous-lieutenant Leutnant Untersturmführer
Lieutenant Oberleutnant Obersturmführer
Capitaine Hauptmann Hauptsturmführer
Commandant Major Sturmbannführer
Lieutenant-colonel Oberstleutnant Obersturmbannführer
Colonel Oberst Standartenführer
Général de brigade Generalmajor Brigadeführer
Général de division Generalleutnant Gruppenführer
Général de corps d'armée General der Infanterie Obergruppenführer
Général d'armée Generaloberst Oberstgruppenführer
Maréchal (distinction) General Feldmarschall Reichsführer SS (attribué uniquement à Heinrich Himmler)

L'origine sociale des adhérents au Parti nazi en 1930.

Groupes professionnels %du Parti nazi %de la société
Ouvriers 28,1 45,9
Employés 25,6 12
Indépendants 20,7 9
Paysans 14 10,6
Fonctionnaires 6,6 4,2
Enseignants 1,7 0,9
Autres 3,3 17,4

Les forces en présence en mai 1940.

Allemands Français Britanniques
Divisions:
-infanterie 135 94 10
-motorisées 7 3 -
-cavalerie 1 5 1
-blindées 10 3 1
Chars 2600 2400 600
Canons 7700 11000 1500
Avions 4500 2176 550

L'effort de guerre.

1940 1941 1942 1943 1944
Allemagne:
-acier(millions de tonnes) 21,5 32 32 35 28
-avions de combat 10200 12400 15400 24800 37950
-chars 2200 5120 9400 19900 27300
États-Unis:
-acier(millions de tonnes) 60 65 76 79 80
-avions de combat 2140 19400 47700 86000 95000
-chars 346 4000 25000 29500 17600
URSS
-acier(en millions de tonnes) 18 14 5 8 11
-avions de combat - 3950 25450 34900 40300
-chars 2800 4750 24700 24000 29000

Les pertes humaines des principaux belligérants.

Pays et population en 1939

Pertes(en millions)

                        Militaires                                             Civiles

Allemagne(67,8)

                           3,25

                      3,81
Italie(43,8)                            0,33                       0,09
Japon(72)                            1,7                       0,36
Pologne(34,7)                            0,12                       5,3
France(41,6)                            0,25                       0,36
Royaume-Uni(47,7)                            0,326                       0,04
URSS(167,3)                            13,6                       7,7

États-Unis(131)

                           0,407316

                      0

- Yougoslavie : 1,6 million.

- Canada : 45 000.

- Inde : 36 000.

- Australie : 29 000.

- Nouvelle-Zélande : 19 000.

- Afrique du Sud : 9 000.

- Chine : plus d'un million.

A cela il faut ajouter les soldats Birmans, Philippins, Javanais, ... qui ont combattu sous les drapeaux des Alliés.


Les PNB en 1945(indice 100 en 1938).

États-Unis 180
Royaume-Uni 108
URSS 75
France 54
Italie 61
Japon 30
Allemagne 29

Les prix à Paris en 1944.

Prix(en francs et en centimes)en avril-juin 1944.
Officiel Au marché noir
Boeuf(kg) 72F 150 à 250F
Lait(litre) 4,60F 12 à 30F
Pommes de terre(kg) 3F à 5,70F 22F à 30F

La consommation en France en 1944.

Consommation moyenne annuelle par habitant
Viande 16KG
Lait 139L
Pommes de terre 19,6KG

Les dépenses pour la guerre(en milliards de dollars).

États-Unis 341(dont 50 de fournitures en prêt-bail[31 pour le Royaume-uni, 11 pour l'URSS, 5 pour la Chine et 3pour les 35 autres pays belligérants alliés])
Allemagne 272
URSS 192
Royaume-Uni 120
Italie 94
Japon 56

Chiffres estimés de quatre bombardements.

Appareils Bombes(en tonnes) Morts
Dresde(8 février 1945) 800 3000 135000
Tokyo(10 mars 1945) 279 1700 83000
Hiroshima(6 août 1945) 1 1 bombe atomique 70000
Nagasaki(9 août 1945) 1 1 bombe atomique 36000

Part de la population juive victime de la Shoah par pays.

Pays-Bas 84%
Grèce 80%
Allemagne 75%
Pologne 70 à 75%
Tchécoslovaquie 70 à 75%
Yougoslavie 70 à 75%
Autriche 30 à 35%
Norvège 30 à 35%
Roumanie 30 à 35%
Belgique 28%
Hongrie 25%
URSS 23%
France 20%
Italie 20%
Danemark 1%

Bilan de la "solution finale".

Principaux pays Population juive estimée en 1933 Population juive exterminée de 1939 à 1945
Autriche et Allemagne 280 000 260 000
Pologne 3 300 000 3 000 000
Hollande 120 000 105 000
Grèce 70 000 60 000
Roumanie 600 000 300 000
URSS 4 000 000 1 500 000
France 350 000 80 000
Tchécoslovaquie: 260 000
Hongrie: 180 000
Lituanie: 130 000
Lettonie: 70 000
Yougoslavie: 60 000
Belgique: 24 000
Italie: 9 000
Estonie: 2 000
Norvège: 1 000
Luxembourg: 1 000

Nombre de victimes selon la cause du décès.

Ghettos Plus de 800 000
Ghettos de l'Europe de l'Est      Plus de 600 000
Terezin                                    Plus de 100 000
Juifs Roumains et Soviétiques    Plus de 100 000
Fusillades à ciel ouvert Plus de 1 300 000
Einsatzgruppen(SS et police, armées Roumaine et Allemande, fusillades en Galicie, en Serbie et ailleurs, exécutions de prisonniers de guerre)
Camps 3 000 000
Auschwitz                                 1 000 000   
Treblinka                                   750 000
Belzec                                     550 000
Sobibor                                     200 000
Chelmno                                    150 000
Maïdanek-Lublin                        50 000
Autres camps                             150 000
Roumanie                                   100 000
Croatie et autres                         moins de 50 000
Total 5 100 000

TEXTES

Le "statut des Juifs".3 octobre 1940.

"Nous, maréchal de France, chef de l'État Français, le conseil des ministres entendu, nous décrétons: Article2: L'accès et l'exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après, sont interdits aux Juifs:1.Chef de l'État, membre du Gouvernement, conseil d'État[...], inspection générale des Finances, cours d'appel, tribunaux de première instance, justices de paix, toutes juridictions d'ordre professionnel et toutes assemblées issues de l'élection[...], membres des corps enseignants[...].Article5: Les Juifs ne pourront, sans condition ni réserve, exercer l'une quelconque des professions suivantes: directeurs, gérants, rédacteurs de journaux, revues, agences ou périodiques, à l'exception de publications de caractère strictement scientifique..."

Discours de Pétain après l'entrevue de Montoire avec Hitler le 24 octobre 1940.

"C'est librement que je me suis rendu à l'invitation du Führer.Je n'ai subi de sa part aucun "diktat", aucune pression.C'est dans l'honneur et pour maintenir l'unité française, dans le cadre d'une activité constructive d'un nouvel ordre européen, que j'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration.Ainsi dans un proche avenir pourrait être allégé le poids des souffrances de notre pays, amélioré le sort de nos prisonniers, atténuée la charge des frais d'occupation.Ainsi pourraient être assouplie la ligne de démarcation, et facilités l'administration et le ravitaillement du territoire[...].Cette politique est la mienne[...].C'est moi seul que l'Histoire jugera."

L'appel du 18 juin 1940 prononcé à la radio de Londres par le général De Gaulle.

Précision : Cet appel n'a jamais été enregistré. Le général De Gaulle s'envola pour Londres depuis l'aéroport de Mérignac Beaudésert (Bordeaux) le 17 juin 1940 à bord d'un De Havilland.

    "Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un
jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, Général De Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance Française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

[Haut de page]