| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Campagne de France

PRECEDENT

ACCUEIL

SUIVANT

Artillerie Allemande

Artillerie Allemande.

Artillerie Française

Artillerie Française.

Les troupes Allemandes attaquèrent la France le 10 mai 1940. Les troupes Alliées, qui jusque là étaient restées derrière la ligne Maginot, pensèrent à une réédition du plan Schlieffen de 1914, et firent mouvement vers Namur, en Belgique. Mais en fait les troupes Allemandes attaquèrent par les Ardennes en appliquant le plan Manstein. 

L'armée Française fut coupée en deux. Dix divisions Allemandes, dont sept blindées attaquèrent plus au Sud, sous le commandement de Heinz Guderian. Elles traversèrent les Ardennes et franchirent la Meuse le 13 mai 1940. Le 15 mai 1940, les Pays-Bas capitulèrent. Le général Maxime Weygand essaya alors d'organiser une ligne de défense sur la Somme. Mais les troupes Allemandes bifurquèrent vers la mer et encerclèrent dans les Flandres 45 divisions qui se replièrent sur Dunkerque après la capitulation de l'armée Belge, le 28 mai 1940. 

200 000 Britanniques et 100 000 Français furent évacués difficilement vers l'Angleterre, abandonnant tout leur matériel. La "Bataille de France" reprit le 5 juin 1940. Le front mis en place par Weygand sur la Somme et sur l'Aisne fut percé. L'exode vers le Sud de plus de 10 millions de civils gênait l'armée Française, qui était déjà en infériorité numérique. Le 10 juin 1940, le gouvernement Reynaud quitta Paris. L'Italie déclara la guerre à la France le même jour. 

L'ordre de retraite générale fut donné le 12 juin 1940. Paris, après avoir été déclarée ville ouverte, fut prise par la Wehrmacht le 14 juin 1940. Le 16 juin, les troupes Allemandes atteignirent la Loire et le 19 juin, la côte Atlantique. Le 20, Lyon et Brest furent prises. Le 22, les troupes de la ligne Maginot, qui étaient encerclées, capitulèrent. Le président du Conseil, Paul Reynaud, fut contraint de démissionner. 

Le 17 juin, l'armistice est demandé par le "héros de Verdun", le maréchal Pétain. Il est signé à Rethondes le 22 juin 1940, et entra en vigueur le 25. La France fut coupée en deux zones par une ligne de démarcation, qui passait par Dôle, Chalon-Sur-Saône, Tours et Mont-de-Marsan. Le Nord était occupé par les troupes d'occupation Allemandes, et le Sud fut déclaré "libre". Plus d'un million et demi de soldats furent faits prisonniers. Les combats avaient fait 123 000 morts. 

Soldats Français

Soldats Français.

Troupes Allemandes

Troupes Allemandes.

Panzers en France en 1940

Panzers en France en 1940.

Un Panzer

[Haut de page]