| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Sidi Barrani

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Les Britanniques voulaient repousser les Italiens hors d'Égypte, en lançant une attaque surprise. Le général Richard O'Connor, qui commandait la Western Desert Force, s'opposait au général Bergonzoli, qui commandait la Xème armée Italienne, et au maréchal Rodolfo Graziani, qui était le commandant en chef des armées Italiennes en Lybie. Les Britanniques avaient engagés la 7ème division blindée Britannique et la 4ème division d'infanterie Hindoue, soit au total 31 000 hommes. Les Italiens avaient engagés entre 4 et 5 divisions de la Xème armée Italienne, soit 50 000 hommes. 

L'Italie déclara la guerre à l'Angleterre le 10 juin 1940. Elle attendit que la Grande-Bretagne soit affaiblie par les attaques de la Lutwaffe pour déclencher son offensive en Afrique du Nord et en Afrique Orientale. Le 13 septembre 1940, le maréchal Graziani ordonna à la Xème armée Italienne d'avancer en Egypte. Les Italiens repoussèrent sans difficultés les forces Britanniques qui protégeaient la frontière. 4 divisions, appuyées par 120 chars, franchirent 90 kilomètres en 5 jours et atteignirent Sidi Barrani. Là, elles arrêtèrent leur progression et entreprirent de construire une ligne de camps fortifiés. Dans les semaines qui suivirent, la Western Desert Force(Force du désert occidentale), qui avait été confiée au général O'Connor et qui était composée de la 4ème division d'infanterie Hindoue et de la 7ème division blindée Britannique, fut constituée à Marsa-Matrouh. Elle commença à préparer une contre-offensive. Le commandant en chef au Moyen-Orient, le général Archibald Wavell, ne disposait que de 50 000 hommes pour défendre 9 pays, qui étaient menacés à l'ouest par 2 armées Italiennes(soit 200 000 hommes) en Libye, et au sud par les 250 000 Italiens et Africains de l'armée d'Éthiopie du duc d'Aoste. Il suggéra au général Maitland Wilson(commandant en chef en Égypte) de passer à l'attaque, en attendant les renforts Australiens et Néo-Zélandais. En octobre, des unités de chasse et 3 régiments blindés(275 chars dont des Mathilda dont le blindage résistait à pratiquement toutes les armes antichars), arrivèrent de Grande-Bretagne. 

A Nibeiwa et Rabia, les Italiens occupaient deux groupes de camps. Ils étaient séparés par une trouée non défendue large de 70 à 80 kilomètres. Leur PC était installé à Sidi Barrani. O'Connor voulait lancer son attaque principale entre Nibeiwa et Rabia, après une forte préparation d'artillerie à lest, pour prendre à revers les positions Italiennes. Le 7 décembre 1940, la 4ème division d'infanterie et la 7ème division blindée se mirent en marche pour se diriger vers Sidi Barrani, qui était distant de 120 kilomètres. La Force Selby se préparait à suivre la route côtière en direction de Maktila. L'opération Compass débuta le 9 à l'aube. Après des tirs d'artillerie, l'infanterie Hindoue et les 50 chars Mathilda du 7ème Royal Tank Regiment, attaquèrent par le nord-ouest le camp de Nibeiwa. A midi, il s'emparèrent du camp en faisant 2 000 prisonniers et en ayant capturé 55 chars. Ils avaient perdu que 56 hommes. Dans l'après-midi, le camp de Tummar-Est et celui de Tummar-Ouest, situés plus au nord, furent pris. La 7ème division atteignait la Méditerranée à l'ouest de Sidi Barrani. Le 10, les Britanniques continuèrent leur offensive. Ils s'emparèrent de Maktila, Sofafi et Sidi Barrani. Le 11 décembre 1940, la 7ème division blindée intercepta sur la côte, à l'ouest de Bouk-Bouk, une colonne de soldats Italiens qui fuyaient. En 3 jours ils avaient fait 38 000 prisonniers, et récupéré 73 chars et 237 canons. L'Aeronautica(l'aviation Italienne) était repoussée par les escadrilles Britanniques de Hurricane. Les unités Italiennes qui avaient réussi à fuir se réfugièrent dans la forteresse côtière de Bardia. La 4ème division d'infanterie due être envoyée en Ethiopie. Wavell, qui n'avait plus que la 7ème division blindée, avait commencé le siège de Bardia le 16 décembre. Il attendit l'arrivée de la 4ème division d'infanterie Australienne et développa son offensive. 

Les Italiens étaient en totale déroute. Cette victoire permit d'ouvrir aux Anglais la route de la Cyrénaïque. Ces derniers dénombraient 624 tués et blessés, tandis que les Italiens avaient perdu 40 000 hommes, dont 38 000 avaient été faits prisonniers. 

[Haut de page]