| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Remagen

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Les Alliés voulaient établir une ou plusieurs têtes de pont sur le Rhin pour pouvoir par la suite conquérir la Ruhr et les centres industriels Allemands. Le général Dwight D.  Eisenhower, qui était le commandant en chef Allié en Europe, était opposé au maréchal Gerd Von Rundstedt, qui était le commandant en chef sur le front Occidental, et qui fut remplacé par le maréchal Kesserling. Les Alliés avaient engagés des éléments des VIème, XIIème et XXIème groupes d'armées Américains. Les Allemands avaient engagés des éléments des groupes d'armées Allemands H, B et G. Les Alliés, après la bataille des Ardennes, progressaient en direction du Rhin. Du 8 février au 9 mars 1945, eurent lieu dans le Reichswald de violents combats. Les Alliés se rapprochèrent de la rive gauche du Rhin, en éliminant les poches de résistance Allemandes. 

Les Alliés pensaient qu'ils allaient avoir de grosses difficulté pour franchir le Rhin, mais le 7 mars au matin, à la sortie du massif de l'Eifel, le lieutenant Carl Timmermann, qui était à la tête du 27ème bataillon d'infanterie blindée qui appartenait à la Ière armée Américaine du général Hodges, découvrit que le pont ferroviaire de Remagen, dédié à Ludendorff, était encore intact, et cela en dépit des ordres de Hitler. Il reçut l'ordre de s'en emparer. Son détachement entra dans la ville et atteignit le pont au moment où les Allemands allaient le faire sauter. Les charges de dynamite placées sur les quatre piliers de l'ouvrage n'avaient pas encore explosé pour une raison inconnue. Les artificiers Américains débranchèrent d'autres détonateurs. L'unité de Timmermann pris pied sur la rive droite du Rhin. Cette opération lui valut 13 Distinguished Service Cross, et une citation du président des Etats-Unis. A la suite de la prise de ce pont, Eisenhower ordonna à Bradley de se porter sur Remagen, et 5 divisions vinrent renforcer la tête de pont. Goebbels déclara au sujet de la prise de Remagen que c'était un "scandale délirant". Hitler, en apprenant la nouvelle, révoqua Von Rundstedt de son poste de commandant en chef du front Occidental et le remplaça par Kesselring, qui fut rappelé d'Italie. Hitler fit condamner à mort 5 officiers, dont 4 furent exécutés. 

La traversée du Rhin à Remagen précéda l'invasion générale de l'Allemagne. Cela ne représenta pas une étape décisive d'un point de vue stratégique, d'autant qu'il s'effondra le 17 mars, mais cette action eut un effet psychologique sur les troupes Alliées et ennemies. Le 24 mars, la IIIème armée du général Patton réussit à établir une tête de pont à Boppard. Montgomery décida à la fin du mois d'organiser une vaste opération : les Anglais, protégés par des écrans de fumée, franchirent le Rhin à Bonn, à Mayence et vers Duisbourg. Le VIème groupe d'armées Américain, sous les ordres du général Devers, prit position sur la rive droite du Rhin, près de Strasbourg, qui était occupée par de Lattre de Tassigny. Les Français traversèrent le fleuve à Spire et à Germersheim, et se rabattirent sur le Palatinat et la Forêt-Noire. Ils arrivèrent jusqu'au bord du lac de Constance. La division Leclerc prit le 4 mai 1945 le "Nid d'aigle" du Führer à Berchtesgaden. Le XXIème groupe d'armées de Montgomery progressait à travers le nord de l'Allemagne, et arriva sur la Weser le 4 avril. Bradley, après avoir encerclé l'armée B de Model, prit la direction de l'Elbe. Le VIème groupe d'armées commandé par le général Devers se battit contre les soldats du général Hausser, et continua sa progression en Franconie et en Bavière. Le succès de Remagen avait permit la rupture du front Occidental qui s'effondra en quelques semaines. En tout les Américains avaient perdu 6 570 hommes, et les Anglais et les Canadiens 15 628. Les Allemands avaient 90 000 tués et blessés, et 259 000 prisonniers de guerre. 

[Haut de page]