| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Midway

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Porte-avions Hornet

Le porte-avions Hornet.

Porte-avions Yorktown

Le porte-avions Yorktown.

Midway

Appareils Américains à Midway

Appareils Américains à Midway.

 

Les Japonais avaient terminé la conquête de leur "sphère de coprospérité", et ils voulaient, grâce à l'opération Midway, élargir leur périmètre de défense, ainsi qu'éliminer tout risque de contre-offensive Américaine, qui risquait d'être menée depuis les îles Hawaii ou de l'Australie. L'amiral Chester Nimitz, qui commandait la flotte Américaine du Pacifique, était opposé à l'amiral Isoruku Yamamoto, qui commandait la flotte combinée de la marine Impériale Japonaise. Les Américains avaient engagé 76 navires de guerre, dont 3 porte-avions, qui transportaient 250 avions, et qui étaient appuyés par 109 appareils de la base de Midway. 

Les Japonais avaient engagé, quant à eux, 162 bâtiments de guerre, dont 4 porte-avions, 2 porte-avions légers, 12 transports de troupes, 280 avions embarqués et 5 000 hommes. Les Japonais avaient conquis en moins de 6 mois la "sphère de coprospérité", qui comptait Hong-Kong, la Malaisie, les Indes Néerlandaises, les Philippines, la Birmanie, et une partie de la Chine. Ils n'avaient perdu que 15 000 hommes, 380 avions et 4 destroyers. En avril 1942, une partie de l'état-major voulait suivre le plan établi en novembre 1941, qui devait finir par la conquête de la Nouvelle-Guinée, et des archipels situés au nord de l'Australie. Mais l'amiral Yamamoto voulait adopter une autre stratégie, il voulait attaquer Midway, une île située à 1 700 kilomètres d'Hawaii, y attirer la marine Américaine, et l'anéantir étant donné la supériorité des Japonais. La plan de Yamamoto fut adopté, mais le plan Mo, qui prévoyait une attaque et un débarquement à Port Moresby, sur la côte méridionale de la Nouvelle-Guinée, ainsi que la prise de Tulagi, dans les Salomon, fut maintenu. Ces trois mouvements menèrent aux batailles de la mer de Corail, de Midway, et de Guadalcanal. 

Les Japonais engagèrent pour le débarquement de Port Moresby une flotte importante, qui était protégée par deux porte-avions, le Shokaku et le Zuikaku, ainsi que par un porte-avions léger, le Soho. Du 4 au 8 mai, ils affrontèrent les porte-avions Américains Lexington et Yorktown, qui étaient escortés par deux groupes de croiseurs. Les Américains perdirent le Lexington et les Japonais le Soho. Le Shokaku et le Zuikaku, qui étaient endommagés regagnèrent le Japon. Le débarquement Japonais avait été empêché. 

Pour l'opération Midway, les Japonais avaient prévu une attaque de diversion sur les îles Aléoutiennes Attu et Kiska. Yamamoto divisa sa totalité de la marine Nippone en 5 flottes : au nord se trouvait la flotte des Aléoutiennes, qui comptait 3 transports de troupes(2 500 hommes), 2 croiseurs lourds, 2 porte-avions légers et 4 cuirassés ; au sud une flottille de 18 sous-marins, qui étaient disposés en trois lignes et qui devaient arrêter la marine Américaine entre l'archipel des Hawaii et Midway ; la force d'invasion de Midway, commandée par l'amiral Kondo, qui comprenait 12 transports de troupes, 8 croiseurs lourds, 2 cuirassés et 1 porte-avions léger ; la 1ère force de porte-avions de l'amiral Nagumo, qui comptait 2 cuirassés rapides, 3 croiseurs, 15 destroyers, des ravitailleurs et les porte-avions Kaga, Akagi, Hiryu et Soryu, qui transportaient 250 avions ; et enfin la flotte principale, qui comptait 1 porte-avions léger, la masse des croiseurs et des destroyers, 3 cuirassés, dont le Yamato, qui était le plus grand navire de guerre du monde(armé de canons de 450mm), et qui devait se placer au centre du dispositif, à mi-chemin entre les Aléoutiennes et Midway, de façon à pouvoir intervenir soit au nord, soit au sud. Mais les sous-marins qui devaient contenir la flotte Américaine autour des Hawaii, ne fut mise en place que le 4 juin, c'est-à-dire deux jours après que les navires Américains aient pris le large. De plus, les hydravions de reconnaissance qui devaient surveiller Pearl Harbor, ne le firent pas. Les Japonais, qui avaient appareillé entre le 26 et le 29, ne savaient pas que les navires Américains avaient quitté Pearl Harbor. 

Le 20 mai 1942, l'état-major de l'amiral Chester Nimitz, fut mis au courant de l'attaque sur Midway. Nimitz envoya alors en direction des Aléoutiennes une escadre de croiseurs, commandée par le contre-amiral Robert Theobald, et laissa débarquer les Japonais à Attu et Kiska. Il renforça la force aérienne de Midway, qui comptait désormais 130 appareils. La Task Force 16, commandée par le contre-amiral Raymond Spruance, et qui comptait les porte-avions Hornet et Enterprise, et la Task Force 17, commandée par le contre-amiral Frank Fletcher, et qui comptait le porte-avions Yorktown, appareillèrent entre le 27 et 30 mai 1942 de la base de Pearl Harbor. Le 3 juin, tandis que la flotte Américaine attendait au nord-ouest de Midway, les escadres d'invasion de Kondo et le porte-avions de Nagumo arrivèrent à 1 000 kilomètres de Midway. 

Le 4 juin 1942, à 4h30, Nagumo lança une attaque sur Midway, menée par une centaine de chasseurs et de bombardiers. Il en garda une centaine d'autres, armés de bombes perforantes et de torpilles, pour riposter, au cas où les navires de surface Américains mèneraient une contre-attaque. A 7 heures, le chef de l'escadrille avertit Nagumo qu'une seconde attaque était nécessaire. A 8h9, un hydravion Japonais signala la présence d'une flotte Américaine à 200 milles, mais se trompa en ne signalant pas qu'elle comprenait un porte-avions, il rectifia son erreur à 8h30. De 9h30 à 10h20, trois vagues successives de bombardiers-torpilleurs Américains attaquèrent l'escadre de Nagumo, mais les chasseurs Zero et la DCA abattirent 35 appareils sur 41. 36 bombardiers Japonais étaient prêts à décoller, ainsi que 54 avions-torpilleurs, et 12 chasseurs Zero. A 10h24, 54 bombardiers en piqué, qui provenaient du Yorktown et de l'Enterprise et qui avaient décollé entre 7h et 9h, attaquèrent l'Akagi, le Kaga et le Soryu, dont les ponts étaient encombrés par les appareils qui s'apprêtaient à décoller. Le Kaga, le Soryu et l'Akagi prirent feu. Le Kaga et le Soryu coulèrent, victimes en partie des avions pleins d'essence et de munitions et des bombes explosives entreposées sur le pont. L'Akagi fut achevé par une torpille. Le Hiryu put cependant lancer à 10h40 et 12h45 deux vagues d'assaut contre le Yorktown, qui fut évacué à 15h. Il coula le 8 juin après avoir été torpillé par un sous-marin Japonais. En fin d'après-midi, le Hiryu fut repéré, attaqué et gravement endommagé par les escadrilles du Hornet et de l'Enterprise, et il fut coulé le lendemain par deux destroyers Américains. Les bâtiments Américains se replièrent vers l'est. Le 5 juin, à l'aube, Yamamoto ordonna le repli général de la flotte vers le Japon. Les escadrilles Américaines réussirent encore à couler le croiseur lourd Mikuma, avant de revenir sur Pearl Harbor. 

Les Américains avaient perdu 1 porte-avions, 1 destroyer, 132 avions et 307 hommes, tandis que les Japonais avaient perdu 4 porte-avions, 1 croiseur lourd, 275 avions et 3 500 hommes. Les conquêtes Japonaises furent arrêtées. Churchill écrivit après la victoire de Midway : "A partir de ce moment, nous commençâmes à envisager l'avenir avec confiance". 

[Haut de page]