| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Le siège de Malte

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Les Italiens et les Allemands voulaient prendre Malte, qui menaçait les convois de l'Axe destinés à la Libye, et qui reliait la Grande-Bretagne, via Gibraltar, à l'Égypte, Aden et l'empire des Indes. Il y avait le général William Dobbie, puis lord Gort, commandant la garnison de Malte, et en face d'eux le maréchal Albrecht Kesselring, commandant la 2ème flotte de la Lutwaffe en Méditerranée. La garnison de Malte, soutenue par la Royal Navy, et renforcée par des escadrilles de la RAF devait faire face aux chasseurs et bombardiers de la Lutwaffe et de l'Aeronautica. Malte était un objectif stratégique pour les Alliés mais aussi pour les forces de l'Axe. C'était une base navale et aérienne, située au croisement des routes maritimes Italiennes(de Naples et Palerme à Tripoli) et Britanniques(de Gibraltar à Alexandrie). 

Hitler et Mussolini avaient pensé en 1942, envahir l'île par des troupes aéroportées(opération Hercule), mais finalement l'île fut assiégée et bombardée pendant 27 mois, de juin 1940 à septembre 1942, et résista, ce qui lui valut d'être décorée de la Saint George Cross par le roi George VI, et de la Presidential Citation par Roosevelt. L'aviation Italienne lança le premier raid le 11 juin 1940. La défense antiaérienne de Malte était alors limitée à 3 chasseurs biplans Gladiator, baptisés par leurs pilotes Foi, Espérance et Charité. Les attaques meurtrières commencèrent en avril 1941, quand le 10ème corps aérien Allemand, qui opérait depuis l'Italie du sud entra en action. A la suite de la reconquête de Tobrouk et de la Cyrénaïque par les Britanniques, les attaques cessèrent. Elles reprirent en février 1942, lorsque la 3ème flotte aérienne du maréchal Kesselring fut retirée du front Russe et envoyée en Sicile. L'île fut assiégée par la Lutwaffe, et subissait des raids quotidiens, de jour comme de nuit, qui engageaient des vagues de 200 à 300 appareils. De mars à août 1942, l'île fut pilonnée sans interruption. Les convois Alliés n'arrivaient plus à atteindre l'île qui manquait de nourriture et de munitions. En avril, Hitler approuva l'idée d'une invasion aéroportée prévue pour le mois d'août, mais les pertes élevées subies par les parachutistes en Crète le firent changer d'avis. 

En juin, la Royal Navy déclencha l'opération Vigorous, pour ravitailler l'île. 17 cargos partirent d'Alexandrie et de Gibraltar, mais 2 seulement parvinrent à gagner Malte avec une cargaison de 15 000 tonnes, qui suffisait pour tenir quelques semaines. En août, la Royal Navy lança l'opération Pedestal : 14 cargos partirent de Gibraltar, escortés par 2 cuirassés, 4 porte-avions, 7 croiseurs, et 31 destroyers. Les Britanniques perdirent un porte-avions, 2 croiseurs, un destroyer et sur 9 navires marchands, 4 cargos réussirent à atteindre Malte, ainsi que le pétrolier Ohio, qui transportait 11 500 tonnes d'hydrocarbures, et qui tomba en panne à 70 milles des côtes et qui fut remorqué jusqu'à La Valette. Malte venait d'être approvisionnée pour 3 mois en vivres, en munitions et en carburant. Elle avait également reçu 126 Spitfire, qui lui permirent de faire cesser les bombardements de jour. Les attaques contre les convois de l'Axe, menées par des sous-marins et des vedettes rapides(en juillet 1942, un convoi de pétroliers destiné à l'Afrikakorps perdit 3 navires sur 4, ce qui priva Rommel de carburant pour la seconde bataille d'El-Alamein), eurent un rôle décisif dans la victoire des Alliés en Méditrranée. 11 escadres de la RAF, qui opéraient depuis les 3 aérodromes de Malte, coulèrent 550 000 tonnes de navires ennemis. En septembre 1943, des navires Italiens entrèrent dans la rade de Grand Harbour en faisant leur reddition. 

4 000 militaires et 6 000 civils avaient été tués ou blessés, et 35 000 immeubles avaient été détruits. Quant aux Allemands et aux Italiens, ils avaient perdu 600 appareils. Cette résistance de Malte joua un rôle essentiel dans la victoire des Alliés en Afrique du Nord et en Méditerranée.  

[Haut de page]