| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Koursk

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Infanterie Soviétique

Infanterie Soviétique à l'assaut.

Koursk

Soldats de la division SS Totenkopf à Koursk

Soldats de la division SS Totenkopf à Koursk.

Les Allemands voulaient réduire le saillant très important de Koursk, et ainsi obtenir sur le front du Centre une grande victoire. Le maréchal Joukov, qui commandait un groupe de 9 armées Soviétiques, était opposé au feld-maréchal Von Kluge, qui commandait d'importants éléments du Heeresgruppe Centre(son groupe d'armées), et du Heeresgruppe Sud(de Von Manstein). Les Russes avaient mobilisé 2 armées de chars et 7 autres armées, soit 20 000 canons, 3 600 chars, 2 400 avions, et 1 300 000 hommes. Les Allemands disposaient de 17 divisions blindées, et de 21 divisions d'infanterie, soit 10 000 canons, 2 700 chars, 2 000 avions, et 1 000 000 d'hommes. 

Von Manstein avait replié son groupe d'armées du Don sur le Donetz. Les Russes avaient repris Kharkov à la mi-février, et attaquaient au sud, pour enfoncer un coin entre Von Manstein et le groupe d'armées B. Ils réussirent cette opération le 19 février. Mais Von Manstein lança une contre-offensive qui dura huit jours. Il prit le groupe d'armées blindées du général Popov au piège entre la 1ère armée de blindés et la IVème armée de blindés. Le 11 mars 1943, les Allemands reprirent Kharkov. Ce succès avait créé le flanc sud, long de 150 kilomètres, du saillant de Koursk. A la fin du mois de mai, Von Kluge et le général Zeitzler(chef d'état-major de l'OKH), proposèrent, contre l'avis de Model et de Guderian, une opération qui consistait à envelopper les forces Russes dans le saillant de Koursk, puis à les éliminer. Hitler approuva cette opération, qui avait pour nom de code Citadelle. 

 

Elle consistait à faire avancer vers le sud, depuis la région d'Orel, la IXème armée du général Model(qui appartenait au groupe d'armées Centre), qui était chargé d'enfoncer le front nord du saillant près de Ponyri, et de progresser jusqu'aux arrières de la ville de Koursk. Dans le même temps, la IVème armée du général Hoth(appartenant au groupe d'armées du Sud), qui venait du sud, à partir de Belgorod, serait chargée d'attaquer en deux colonnes, et de passer en force au travers du front de Voronej, puis de faire sa jonction avec la IXème armée près de Koursk. Au début de juillet, c'est-à-dire au début de l'opération, la IIème armée Allemande viendrait au contact sur le flanc ouest du saillant pour détourner l'attention des Soviétiques. 

Hoth disposait de 9 divisions de chars, et Model de 8, soit au total 2 700 blindés et canons automoteurs. Les Allemands misaient sur le nouveau char Tigre Mark VI, armé d'un canon de 88mm, et doté d'un très gros blindage sur l'avant. 90 chars de ce type avaient été fournis à la IXème armée. La Lutwaffe était chargée d'obtenir la maîtrise des airs. Mais les Soviétiques furent mis au courant de l'opération. Joukov prépara donc sa défense. La partie nord du saillant fut confiée au général Rokossovski, qui commandait les forces du front central de l'Armée Rouge. La partie sud fut confiée au front de Voronej, qui était sous les ordres du général Valoutine. Joukov plaça sur les côtés et l'arrière du saillant, du nord au sud, les forces des fronts de Briansk, de réserve, et sud-occidental. A l'intérieur du saillant, le génie et l'infanterie Soviétiques disposèrent 8 zones successives de champs de mines et de défenses antichars. 20 000 pièces d'artillerie, 3 600 chars et 2 400 avions y furent rassemblés. 

Les Allemands déclenchèrent leur offensive le 5 juillet 1943, mais perdirent immédiatement beaucoup de chars. Les Panzers ne résistaient pas aux canons antichars Soviétiques de 76,2mm, et les mines ne faisaient qu'accroître les pertes. De plus les Tigre Mark VI ne possédaient pas de mitrailleuses ce qui les rendait très vulnérables face à l'infanterie Russe. L'attaque de Model fut arrêtée au nord après 10 kilomètres d'avance. Au sud, les blindés de Hoth furent arrêtés pendant trois jours(après avoir progressé de 10 kilomètres), à cause d'un torrent transformé en marécage. Hoth perdit de nombreux engins. Le 12 juillet, la IVème armée de blindés occupait une zone qui faisait 30 kilomètres de profondeur, et 60 de largeur. Hoth arriva devant la huitième et dernière ligne Soviétique. Il rassembla 600 chars et lança l'offensive. Il allait se battre contre les réserves de Vatoutine et sa Vème armée de blindées intacte. La bataille de chars se déroula pendant 8 heures. A la tombée du jour, les Soviétiques n'avaient pas reculé. Le même jour, au nord, le général Popov lança une contre-offensive en direction d'Orel qui progressa favorablement. Hitler mit alors fin à l'opération Citadelle le 14 juillet. Les offensives Russes se succédèrent tout le long du front de 1 500 kilomètres, et les Allemands durent redéployer les chars qui leur restait. Les Soviétiques avaient perdu 120 000 hommes, et les Allemands 70 000, ainsi que 980 chars. La dernière grande offensive Allemande en Russie avait échoué. 

[Haut de page]