| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Kiev

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Les troupes Allemandes, sur ordre personnel du Führer, avaient ordre de détruire les armées Soviétiques de la région militaire de Kiev(front Sud-Ouest), dans le but d'éliminer toute menace sur le flanc gauche du groupe d'armées Centre, et de s'emparer des ressources minières et pétrolières de la Crimée, du Donets et du Caucase. Les généraux Heinz Guderian et Paul Von Kleist, commandant les groupes de Panzers des groupe d'armées Centre et Sud, étaient opposés au maréchal Semion M.  Boudienny, qui commandait le front  Sud-Ouest, et qui fut remplacé le 13 septembre 1941 par le maréchal Timochenko. Les Allemands avaient engagé les 1er et 2ème groupes Panzers, 28 divisions blindées et mécanisées, soit 300 000 hommes. Les Russes avaient mobilisé des unités des Vème, XXVIème, XXIème et XXXVIIème armées Soviétiques, soit 50 divisions, qui représentaient 675 000 hommes. 

Le 22 juin 1941, le groupe d'armées Centre du maréchal Von Bock s'engagea sur l'axe Minsk-Smolensk-Moscou. Les groupes de Panzers de Guderian et de Hoth menèrent trois attaques successives en tenaille, ce qui aboutit fin juin à la prise de la poche de Minsk. 300 000 Russes furent faits prisonniers, et les Allemands s'emparèrent de 2 500 chars et de 1 400 canons. Les Allemands arrivèrent sur le Dniepr et Shklov le 11 juillet 1941. 5 jours plus tard, Smolensk fut isolée. Le 15 juillet, Timochenko, qui commandait le front Ouest, lança une contre-offensive au sud, à l'est du marais du Pripet, contre le flanc de Guderian, et se dirigea vers Rogatchev pour le dégager. Mais il échoua. Le groupe d'armées Sud de Von Rundstedt se trouvait le 11 juillet 1941 à 15 kilomètres de Kiev. Il se préparait à réduire la poche d'Ouman. Quant à Guderian, il refermait le piège Allemand sur Smolensk. Mais le 22 août 1941, Hitler décida de modifier les plans de l'OKW, et ordonna l'arrêt de l'offensive sur Moscou. Il voulait concentrer l'effort de la Wehrmacht sur Leningrad et Kiev. 

Le 2ème groupe de Panzers et la IVème armée du groupe d'armées Centre de Von Rundstedt prirent se dirigèrent  vers le sud, tandis que le groupe de Panzers de Von Kleist se dirigeait vers le nord, à Krementchoug, au-delà du Dniepr, pour refermer l'encerclement autour de Kiev, qui se trouvait sur le Dniepr, au sud-est du marais du Pripet, dans le nord de l'Ukraine. Le 30 août, le général Yeremenko lança une contre-attaque mais elle échoua. Guderian arriva à 150 kilomètres au nord-ouest de Kiev, à Nezhin, le 9 septembre 1941, tandis que Von Kleist atteignait Pereyaslav, à 90 kilomètres au sud-est de la capitale de l'Ukraine. Boudienny, qui était soutenu par son commissaire politique Nikita Khrouchtchev, demanda alors à Staline si il pouvait abandonner Kiev, mais Staline refusa. Il le fit remplacer par le maréchal Timochenko, le 13 septembre 1941. Les Soviétiques auraient alors pu se dégager vers l'est en direction de Poltava, par une brèche de 30 kilomètres. Mais Staline n'autorisa le général Kirponos à se dégager que le 17. Mais deux jours plus tôt, Guderian et Kleist avaient fait leur jonction à Lokhvitsa, et la brèche était désormais fermée. Les Russes essayèrent alors de se replier en direction de la Psel, mais seulement 150 000 hommes sur 650 000, réussirent à s'échapper. Kiev tomba le 19, et les dernières poches de résistance furent anéanties le 23. Les deux-tiers du front Sud-Ouest des forces Soviétiques avait été anéantis. Les Allemands avaient perdu 100 000 hommes, et les Russes comptaient 500 000 tués, blessés ou prisonniers.  

[Haut de page]