| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

L'invasion de la Pologne

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Troupes Allemandes défilant en Pologne

Ci-dessus et ci-dessous, troupes Allemandes défilant en Pologne.

Troupes Allemandes en Pologne

Après avoir annexé sans guerre l'Autriche et la Tchécoslovaquie, les Allemands, liés par un accord secret avec les Russes, voulaient conquérir militairement la Pologne. D'un côté se trouvait le général Walter Von Brauchitsch, commandant en chef de la Wehrmacht, et de l'autre côté le maréchal Edward Rydz-Smigly, commandant en chef de l'armée Polonaise. Les Allemands possédaient 14 Panzerdivisions, et 44 divisions d'infanterie réparties en 5 armées, soit au total 1 250 000 soldats. La Pologne possédait 30 divisions d'infanterie et de cavalerie, 1 brigade motorisée, formant 8 armées, soit 800 000 hommes. Les Polonais disposaient de 900 chars de petite taille et de 95 blindés de type 7TPJW. 

L'attaque fut déclenchée le 1er septembre 1939, à 4h45 du matin. Les troupes Allemandes envahirent la Pologne, sans déclaration de guerre, et après d'intenses bombardements. Les défenses Polonaises furent vite enfoncées par les divisions blindées Allemandes(Panzerdivisions), qui progressèrent rapidement en direction de l'est, dans les plaines centrales de la Pologne. Au nord, le groupe d'armées B, composé des IIIème et IVèmes armées du général Von Bock, attaqua de part et d'autre du couloir de Dantzig. Au sud et à l'ouest, le groupe d'armées A, composé de la VIIIème, de la Xème et de la XIVème armée du général Von Rundstedt, avança sans rencontrer de résistance importante en Galicie et Haute-Silésie. 

Les deux groupes d'armées devaient par leur jonction à l'est de Varsovie encercler les forces Polonaises. 1 200 chasseurs et bombardiers modernes de la Lutwaffe neutralisèrent les 900 appareils peu récents de l'aviation Polonaise. La défense Polonaise fut désorganisée par la destruction du Grand quartier général, et des quartiers généraux des armées Polonaises. La marine Polonaise de la Baltique fut elle aussi neutralisée. Seuls quelques navires purent rejoindre l'Angleterre(3 torpilleurs et 2 sous-marins Polonais réussirent à gagner l'Angleterre, ainsi que quelques milliers de soldats Polonais qui participeront à la Libération de l'Europe aux côtés des Alliés). 

Au nord, la IIIème armée du général Küchler, qui arrivait de Prusse-Orientale, obliqua en direction de Brest-Litovsk, après s'être frayée un passage entre l'armée de Modlin et le groupe de la Naruv. La Xème armée de Von Reichenau se dirigeait vers Varsovie et la Vistule. Au centre, un second mouvement, amorcé par la IVème armée de Kluge et la VIIIème armée de Von Blaskonitz, coupa la retraite aux Polonais sur la ligne Vistule/San. Les armées Polonaises se retrouvèrent très vite isolées. Le 6 septembre, Cracovie tomba. En moins de 7 jours les troupes Allemandes avaient avancé de 200 kilomètres. Le 8 septembre, la Xème armée de Von Reichenau, qui venait de parcourir 200 kilomètres en une semaine, tenta de s'emparer de Varsovie mais fut repoussée par les contre-attaques des lanciers à cheval Polonais. Dès lors la résistance Polonaise se concentra autour de Varsovie, de la forteresse de Modlin, et plus à l'ouest, de Kutno et de Lodz. Le 17 septembre 1939, jour où les Franco-Britanniques auraient dû attaquer l'Allemagne pour soulager les Polonais, Varsovie fut assiégée. Les défenseurs de Lodz capitulèrent après une ultime tentative de sortie. L'Armée Rouge appliqua les clauses secrètes du pacte Germano-Soviétique, et envahit la Pologne Orientale en faisant avancer ses divisions au nord et au sud des marais du Pripet. Vilna fut prise, ainsi que Brest-Litovsk. Le gouvernement s'exila en Roumanie. Le 27 septembre 1939, la ville de Varsovie, affamée, privée d'eau, détruite aux 3/4, et menacée d'une épidémie de typhoïde, se rendit. A Koch, le 5 octobre, les dernières unités régulières Polonaises se rendirent. 

La victoire rapide des troupes Allemandes s'expliqua par l'utilisation combinée d'armes mobiles et offensives(les Panzerdivisions(blindés), artillerie et infanterie motorisées) et les Stukas(bombardiers en piqué), c'est-à-dire la stratégie de la Blitzkrieg, qui consiste à anéantir les armées ennemies avant de conquérir le territoire. 

43 000 Allemands furent tués et blessés, et les Polonais comptèrent 266 000 tués et blessés, ainsi que 690 000 prisonniers. La Pologne fut partagée entre l'Allemagne et l'Union Soviétique. Cette invasion provoqua l'entrée en guerre de la France et de la Grande-Bretagne contre l'Allemagne, le 3 septembre 1939. 

[Haut de page]