| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Hiroshima, Nagasaki et la Mandchourie

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Explosion de la première bombe atomique sur Hiroshima, le 6 août 1945

La première bombe atomique explose sur Hiroshima, le 6 août 1945.

Little Boy

La bombe atomique(Little Boy, larguée sur Hiroshima).

Hiroshima

Ci-dessus et ci-dessous, la ville d'Hiroshima après l'explosion de la bombe atomique.

Hiroshima

Truman voulait utiliser l'arme atomique pour contraindre le Japon à capituler, car les États-Unis voulaient éviter une longue et coûteuse conquête du pays. Ainsi la guerre serait finie en Extrême-Orient. Les Soviétiques voulaient conquérir des territoires avant que la paix ne soit signée. Le président Américain Truman s'opposait à l'empereur Hirohito, et au gouvernement Japonais, qui était dirigé par le prince Konoye, depuis le retrait de l'amiral Tojo en juillet 1944. L'armée Rouge, qui était commandée par le maréchal Vassilevski, s'opposait au général Yamada Otozo, qui commandait l'armée Japonaise du Kouangtoung. Au Japon, les Américains avaient engagé une superforteresse B-29, surnommée Enola Gay, et qui était pilotée par le colonel Paul Tibbets(6 août), et une autre superforteresse, surnommée Great Artist, qui fut accompagnée par un avion d'observation(9 août). Les Japonais n'envoyèrent pas de force d'interception. En Mandchourie, les Russes avaient engagé 1 200 000 soldats, 5 500 chars, 26 000 canons et 4 000 avions, répartis sur 3 fronts : le front de Transbaïkalie(maréchal Malinovski), le 1er front(maréchal Meretskov), et le 2ème front d'Extrême-Orient(général Purkayev). Les Japonais disposaient de l'armée du kouangtoung, qui totalisait 1 040 000 hommes, 1 155 chars, 5 360 canons et 1 155 avions. 

Le gouvernement Japonais, qui était dominé par des militaires fanatiques, refusait toute reddition. Des tentatives de négociations avaient pourtant été menées, par l'intermédiaire de la Suisse et de l'URSS, mais les généraux Japonais ne voulaient pas se rendre. Les Américains opérèrent des bombardements stratégiques sur le Japon durant les premiers mois de 1945. Le 19 mars 1945, les Américains organisèrent un raid sur Tokyo. 234 B-29 larguèrent leurs bombes incendiaires qui rasèrent 26 kilomètres carrés de la ville, et près de 84 000 habitants furent tués. 

A la mi-juin, les Américains avaient détruits 4 grandes villes. En août, 9 millions de Japonais étaient sans abri. Les bombardements Américains, qui partaient des porte-avions, des Mariannes, ou des îles reconquises continuèrent sans relâche. L'US Air Force perdit 343 appareils, et 243 équipages. Le 16 juillet 1945, dans le désert du Nouveau-Mexique, les Américains effectuèrent le premier test atomique qui réussit. Le conseil de l'état-major suggéra Hiroshima, qui était la septième ville du Japon, qui comptait 343 000 habitants, et qui était un centre industriel de guerre, comme cible pour le largage de la première bombe atomique. Truman approuva. Le 26 juillet 1945, les Alliés, qui étaient réunis à Postdam, exigèrent de Tokyo une capitulation inconditionnelle, sous peine de "destruction totale". Les Japonais refusèrent de se rendre. 

Le bombardier Américain Enola Gay arriva le 6 août 1945, après 7 heures de vol, à 9h30 en vue d'Hiroshima, et le colonel Tibbets largua sur la ville la première bombe atomique. Le bombardement venait de faire 71 379 victimes, auxquels il faudra rajouter les personnes décédées des suites de leurs blessures(radiations). Le gouvernement Japonais ne voulut toujours pas se rendre. Truman décida donc de larguer une deuxième bombe atomique, cette fois-ci sur Nagasaki, qui comptait 250 000 habitants. Le 9 août 1945, le major Sweeney largua depuis son bombardier B-29 baptisé Great Artist, la seconde bombe atomique. Ce bombardement provoqua la mort de 60 000 personnes, plus toutes les autres personnes qui décédèrent suite aux radiations. Le lendemain, le Japon accepta la capitulation, qui fut prononcée officiellement à la radio le 14. La guerre était terminée pour les Américains, mais pas pour les Russes. 

En 1939, il y avait déjà eu des combats en Mongolie entre les Soviétiques et les Japonais, mais ils ne se transformèrent pas en guerre. A la conférence de Yalta, en février 1945, Staline promit à Roosevelt d'engager des troupes en Extrême-Orient, dans les trois mois qui suivraient la fin de la guerre en Europe. A partir du mois d'avril 1945, Staline avait commencé à envoyer des troupes en Mandchourie. Il confia le commandement du front d'Extrême-Orient au maréchal Alexandre Vassilevski, qui commandait 11 armées combinées, 1 armée blindée, et 3 armées aériennes. Les Japonais, qui étaient commandés par le général Yamada Otozo(il commandait l'armée du Kouangtoung), étaient nombreux, mais avaient un moral mauvais(surtout après l'ordre de reddition lancé par Hirohito), et étaient inférieurs aux Russes qui possédaient une supériorité en chars, en canons, et en avions. Les forces Japonaises étaient réparties en Chine sur un front très étendu, qui avait mobilisé les 2/3 de l'armée Japonaise depuis 1937. De mai à août 1945, le général Japonais Okamura commença à rassembler ses troupes au nord-ouest, pour renforcer l'armée du Kouangtoung. Mais le général Tchang Kaïchek mena des opérations ponctuelles en Chine, ce qui provoqua la prise au piège de 100 000 Japonais à Canton, un mois plus tard. De plus les escadrilles Américaines attaquaient sans cesse les unités Japonaises en route vers la Mandchourie. 

Nagasaki

La seconde bombe est larguée sur Nagasaki, le 9 août 1945.

Nagasaki

Ci-dessus et ci-dessous, la ville de Nagasaki après l'explosion de la seconde bombe atomique.

Nagasaki

Fatman

La seconde bombe atomique(Fatman, larguée sur Nagasaki).

 

Le 8 août 1945, Staline déclara la guerre au Japon, afin de conquérir d'importants territoires à l'est. Les objectifs de l'armée Rouge était la Mandchourie, le nord de la péninsule Coréenne, les îles Kouriles, et le sud de Sakhaline. C'est le 9 août que l'offensive générale fut déclenchée. Le groupe d'armées du maréchal Malinovski progressa sur un large front, depuis la Mongolie extérieure. Le groupe d'armées du maréchal Meretskov attaqua au sud, sur une ligne Khabarovsk-Vladivostok. Le groupe d'armées du général Purkayev perça vers le sud en partant du fleuve Amour. La VIème armée blindée réussit à franchir les montagnes de Khingan, et à prendre à revers les lignes ennemies. Mais les chars durent ensuite attendre deux jours avant d'être ravitaillés par avions. Les Russes occupèrent les villes de Tchang-Tchun et de Moukden. La XXXIXème armée du général Pliev, qui était composée de blindés et de cavalerie, réussit à parcourir 100 kilomètres par jour, et le 21, elle opéra sa jonction avec l'armée populaire de Mao-Tse-Toung, après avoir franchi la Grande Muraille. Les 15 et 16 août, les Ière et Vème armées Soviétiques encerclèrent le quartier général Japonais, qui était installé à Moutankiang, l'une par l'est et l'autre par le nord. La garnison Japonaise capitula 4 jours plus tard. 

Les Soviétiques du 2ème front Russe d'Extrême-Orient, qui était commandé par le général Purkayev, avançaient difficilement selon trois axes. Ils devaient atteindre les centres de Harbin et de Tsitsihar. La XVème armée Russe réussit à percer et occupa Harbin. Le 21 août 1945, elle rejoignit le 1er front d'Extrême-Orient, après avoir parcouru 800 kilomètres en 12 jours. Les Japonais commençaient alors à se rendre un peu partout. Le 10 août, les Soviétiques entrèrent en Corée. Le 11 ils envahirent le sud de la presqu'île de Sakhaline par une action combinée terrestre et amphibie. L'opération se termina le 25. L'Armée Rouge lança une offensive sur les îles Kouriles, qui furent prises le 1er septembre. La campagne de Mandchourie était terminée. Le lendemain, les Alliés et les Japonais signèrent l'acte de capitulation, à bord du cuirassé Missouri, ancré dans la baie de Tokyo. Les Soviétiques avaient perdu 8 219 hommes et avaient 22 264 blessés. Les Japonais avaient 83 737 tués, 20 000 disparus, et 594 000 prisonniers de guerre. 

[Haut de page]