| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Guadalcanal

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Porte-avions Hornet

Le porte-avions Hornet.

Soldats Américains

Soldats Américains.

Batterie Américaine

Batterie Américaine.

Débarquement Américain à Guadalcanal

Débarquement Américain.

Les Japonais, en conservant Guadalcanal, avaient la possibilité de mettre en place une base aérienne, qui leur permettrait de bombarder l'Australie, de l'isoler des États-Unis, et d'acquérir la supériorité aérienne dans tout le sud-ouest du Pacifique. Les Américains voulaient donc reconquérir l'île. Le vice-amiral Robert Ghormley, puis le vice-amiral William Halsey, commandant des forces Américaines combinées dans le Pacifique, furent opposés à l'amiral Shigeyoshe Inouye, commandant les forces Japonaises de Rabaul(archipel Bismarck), et à l'amiral Raizo Tanaka, qui commandait la flotte de destroyers Japonais spécialisés dans les opérations de nuit. Les Américains avaient engagé une Task Force de 3 porte-avions(contre-amiral Fletcher), la flotte amphibie du Pacifique-Sud(contre-amiral Turner), et la 1ère division de US Marines(général Alexander Vandergrift), soit 17 000 hommes(en août), puis 60 000 plus tard. Les Japonais avaient engagé la 8ème flotte(vice-amiral Gunihi Mikawa), et la XVIIème armée Japonaise(général Haruyoshi Hyukatake), soit 34 000 hommes. 

L'amiral King devait choisir entre deux plans. L'amiral Nimitz, qui était le commandant en chef de la flotte du Pacifique, proposait des offensives navales, tandis que le général MacArthur, qui était le commandant en chef Allié du Sud-Ouest Pacifique, proposait des offensives amphibies. Nimitz voulait attaquer Truk, dans les Carolines, où s'était réfugiée la marine Japonaise. Quant à MacArthur, il voulait attaquer la base Japonaise de Rabaul, dans les Bismarck, et qui commandait toute l'Asie du Sud-Est. 

Le 5 juillet 1942, un contingent Japonais de 1 500 hommes fut repéré par des appareils de reconnaissance Américains à Tulagi(île Florida). Ils repérèrent aussi 2 200 Japonais, qui construisaient un aérodrome, sur l'île voisine de Guadalcanal, qui faisait 145 kilomètres de longueur et 40 de largeur, et qui était située à l'est des îles Salomon, à 1 800 kilomètres de l'Australie. Les Américains décidèrent donc que leur prochain objectif serait cette île. 

L'opération fut lancée le 7 août 1942, avec une Task Force de 3 porte-avions, l'Enterprise, le Saratoga et le Wasp(contre-amiral Fletcher), ainsi qu'avec la force amphibie du Sud-Ouest(contre-amiral Turner) et la 1ère division de marines du général Vandergrift, soit 17 000 hommes. Le vice-amiral Ghormley supervisa les opération. L'opération fut réussie. Les Japonais de Lunga Point(Guadalcanal), laissèrent l'aérodrome, qui fut rebaptisé Henderson Field, du nom d'un officier de marines mort au combat, et les Américains établirent un périmètre défensif tout autour. A Tulagi, les 6 000 marines anéantirent la garnison Japonaise le 8 août au soir, après de durs combats. L'amiral Inouye contre-attaqua de Rabaul, en lançant un raid aérien qui fut repoussé. Fletcher dut ramener ses porte-avions à l'est de Guadalcanal. L'amiral Tanaka envoya 7 croiseurs et un destroyer. Les Japonais remportèrent la victoire de l'île Savo, en coulant 4 croiseurs lourds Américains. Turner et ses forces de transports durent alors se retirer, car les Américains craignaient d'autres attaques. Les marines achevèrent la construction de la "piste Henderson", qui fut opérationnelle le 20 août. Le 24 août, l'amiral Kondo, lança au coeur des Salomon orientales, 8 navires de ligne, 3 porte-avions, ainsi que des croiseurs et des destroyers qui protégeaient des transports de troupes, qui fit face à la Task Force de Fletcher. Kondo perdit le porte-avions léger Ryujo, tandis que l'Enterprise fut sérieusement touché. Les Japonais durent battre en retraite sans avoir pu bombarder l'aérodrome, ni débarquer des renforts sur Tulagi et Guadalcanal. 

Le 12 septembre, le général Hyukatake, qui disposait alors de 6 000 hommes, contre 11 000 pour les Américains, décida de lancer une vaste offensive de nuit. Mais Japonais ne réussirent pas à s'emparer de Bloody Ridge, et perdirent 1 500 hommes, contre 40 marines. Mais l'US Navy perdit le porte-avions Wasp et le destroyer O'Brien. Le Saratoga et le cuirassé North Carolina furent gravement endommagés. Fin septembre 1942, l'US Navy ne disposait plus que du Hornet, et du cuirassé Washington. Néanmoins elle débarqua 4 200 hommes sur Guadalcanal. Dans la nuit du 11 au 12 octobre,3 croiseurs et 2 destroyers(amiral Goto) s'approchèrent de l'île, mais se heurtèrent à la Task Force 64 de l'amiral Scott, qui possédait 5 croiseurs et destroyers équipés de radars. Les Japonais furent battus et les Américains débarquèrent de nouveaux renforts. Le lendemain, les Japonais firent intervenir 2 cuirassés rapides, des croiseurs lourds et 6 transports de troupes, qui débarquèrent 4 500 hommes. Les Japonais étaient désormais 24 000, et les Américains 23 000. Nimitz fit remplacer Ghormley par Halsey, et Fletcher par l'amiral Kinkaid. Le 23 octobre 1942, les Japonais lancèrent une vaste offensive. La XVIIème armée attaqua l'aérodrome, tandis que l'amiral Kondo se tenait au large avec 4 cuirassés, 4 porte-avions, 10 croiseurs, et une trentaine de destroyers. La flotte de Kinkaid contre-attaqua le 26 octobre. Ce fut la bataille de Santa Cruz, au cours de laquelle le Hornet fut coulé, et l'Enterprise gravement endommagé. Les Japonais avaient perdu 100 avions sur 150 engagés. A terre, les marines résistèrent aux assauts Japonais. Une pause de 15 jours intervint alors. Puis du 12 au 15 novembre, eut lieu une ultime bataille navale. Les Américains perdirent 2 croiseurs et 7 destroyers, tandis que les Japonais avaient perdu 6 navires de ligne et 6 transports de troupes sur 10. Les 4 autres transports réussirent quand même à débarquer leurs contingents. Le destroyer Japonais Teruzuki fut torpillé le 11 décembre. L'état-major impérial décida alors d'évacuer la XVIIème armée. La garnison Japonaise comptait alors 12 000 hommes, opposés à 50 000 GI, qui étaient commandés par le général Patch. 

Le 7 février 1943, l'évacuation fut opérée, et le 8 les Japonais avaient totalement évacués l'île. Sur les six batailles navales, les Américains avaient perdu 24 navires(126 000 tonnes), et les Japonais 24(136 000 tonnes). Mais les Japonais avaient perdu 25 000 hommes, sur 35 000, tandis que les Américains n'en avaient perdu que 1 500 sur 60 000. Les Japonais avaient également perdu 600 appareils. Ce fut la première défaite terrestre de l'armée impériale Japonaise. 

[Haut de page]