| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

Le Graf Von Spee

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Cuirassé Graf Von Spee

Le cuirassé Graf Von Spee.

La Royal Navy voulait détruire le cuirassé de poche Allemand Graf Von Spee, qui attaquait et coulait les navires marchands Alliés dans l'Atlantique. D'un côté il y avait le commodore Henry Harwood, qui était le commandant de la force G de la Royale Navy, et de l'autre côté le capitaine de vaisseau Hans Langsdorff, qui commandait le Graf Von Spee. Les Britanniques engagèrent l'Exeter, qui possédait 6 pièces de 203 millimètres, l'Ajax et l'Achilles qui possédaient chacun 8 pièces de 152 millimètres ; et les Allemands engagèrent l'Admiral Graf Von Spee qui possédait 6 pièces de 280 et 8 pièces de 150 millimètres. Depuis le début de la guerre ce cuirassé de 10 000 tonnes, approvisionné en mer par son navire ravitailleur attaquait les bâtiments Alliés dans l'Atlantique sud. En décembre 1939, après que le Graf Von Spee ait coulé 11 bâtiments Alliés l'amirauté Britannique et la Marine Française décidèrent d'envoyer une flotte à sa poursuite. 

Le 13 décembre 1939, à l'aube, le cuirassé fut repéré par la Force G du commodore Harwood, composée d'un croiseur lourd et de deux croiseurs légers, qui décida d'engager le combat. Harwood divisa ses forces selon un plan pré-établi, l'Exeter attaquant par le sud, l'Ajax et l'Achilles par l'ouest, dans le but d'éviter que le cuirassé ennemi ne détruise ses croiseurs l'un après l'autre en concentrant successivement sur chacun d'eux le tir de ses canons. Le cuirassé Allemand tourna ses canons de 280 vers l'Exeter qu'il mit hors de combat. Les croiseurs légers, utilisant des écrans de fumée pour tromper les artilleurs Allemands, se dirigeaient tout droit sur le Graf Von Spee en faisant feu de toutes leurs pièces. Le cuirassé Allemand fut touché à 17 reprises mais il avait endommagé l'Ajax et l'Achilles. Le combat durait depuis plus d'une heure. L'Exeter dut rejoindre les Falklands afin de réparer ses avaries. C'est alors que le capitaine Langsdorff décida de rompre l'engagement. Il obliqua vers l'Ouest par crainte des torpilles Britanniques, et s'engagea dans le Rio de la Plata afin de remettre en état son navire dans les eaux neutres du port de Montevido. 

Harwood mis ses 2 croiseurs au large de l'embouchure du Rio, signala sa position par radio et attendit l'arrivée du navire de guerre Allié le plus proche : le croiseur lourd Cumberland. Pendant les trois jours qui suivirent la bataille les diplomates Allemands de Montevideo et de Buenos Aires(située de l'autre côté de la baie) essayèrent d'obtenir des gouvernements Uruguayen et Argentin un prolongement du droit d'asile du Graf Von Spee dans le port neutre, qui était limité selon la loi maritime internationale à soixante-douze heures, mais ils refusèrent. Pendant ce temps les diplomates Britanniques multiplièrent les messages radio et les appels téléphoniques en clair afin de faire croire à Langsdorff qu'une importante escadre Alliée avait déjà rejoint les croiseurs de Harwood car ils craignaient que le cuirassé Allemand ne tente de regagner la large avant l'arrivée du Cumberland. 

Le 17 décembre, convaincu qu'il était pris au piège le capitaine du Graf Von Spee débarqua la majeure partie de son équipage, gagna le milieu de l'estuaire et saborda son navire. Il se suicida deux jours plus tard. L'équipage fut interné par les autorités Uruguayennes. A la suite de ces évènements Harwood fut anobli et promu contre-amiral. En deux mois et demi le croiseur Allemand avait coulé 50 000 tonnes et il avait fallu mobiliser 18 croiseurs et 4 porte-avions pour le poursuivre. Deux mois plus tard, dans la nuit du 16 au 17 février 1940, le pétrolier-ravitailleur Altmark(qui gardait à son bord près de 300 marins Anglais appartenant aux équipages coulés par le Graf Von Spee) fut arraisonné sur ordre personnel de Churchill par un destroyer Britannique près de Trondheim, dans les eaux territoriales Norvégiennes. 

Il y eut environ 150 tués et blessés du côté Britannique, et près de 100 tués et blessés, ainsi que 800 officiers et marins internés en Uruguay du côté Allemand. 

[Haut de page]