| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

La Crète

PRECEDENT

ACCUEIL 

SUIVANT

Les Allemands voulaient s'emparer de la Crète, située en Méditerranée Orientale, à mi-chemin entre la Grèce et la Libye, afin que la Lutwaffe puisse l'utiliser pour soutenir l'Afrikakorps en Libye. De plus ils voulaient arrêter les bombardements menés par la RAF, à partir de la Crète, sur les gisements de pétrole Roumains. Le général Lohr, qui commandait le 4ème corps aérien, et le général Kurt Student, qui commandait les troupes aéroportées Allemandes(ce dernier avait supervisé et dirigé les opérations aéroportées sur la Belgique et la Hollande), étaient opposés au général Freyberg, qui commandait les forces Grecques, Britanniques et Néo-Zélandaises. Les Allemands disposaient de la 7ème division parachutiste, et de la 5ème division de montagne, soit 22 000 hommes, transportés par 500 avions. Les Alliés disposaient de 32 000 soldats du Commonwealth, et de 10 000 Grecs. En octobre 1940, les Anglais disposaient de 15 000 hommes en Grèce, qui avaient été demandés par le gouvernement Grec. Ils avaient aménagé 3 aérodromes, à Réthymnon, Héraklion et Malémé(près de La Canée), et des bases navales dans la baie de Suda et la baie de Mirabella. 

La Wehrmacht, qui avait conquis la Grèce du 6 au 28 avril 1941, et obligé le corps expéditionnaire Britannique à être évacué par la Royal Navy, voulait prendre la Crète. Les Alliés décidèrent donc de renforcer se défense. Ils envoyèrent des unités Britanniques, la 2ème division d'infanterie Néo-Zélandaise, et 10 000 fantassins Grecs, placés sous le commandement du général Freyberg. Mais ce dernier ne disposait que de 25 canons de campagne, de 6 pièces d'artillerie antiaérienne, et de 21 véhicules blindés. Il concentra la défense de l'île sur les ports et les aérodromes, et renvoya les avions en Égypte, car il estimait qu'ils n'étaient pas suffisants. C'est le 25 avril, que Hitler avait ordonné de préparer l'invasion de la Crète, baptisée opération Mercur. La conquête devait être menée par voie aérienne, étant donné que la Royal Navy dominait les mers. L'attaque devait être menée par une division parachutiste et une division d'infanterie de montagne, avec 500 avions de transport, 300 bombardiers et 250 chasseurs. Student, qui commandait le 11ème corps aéroporté, voulait diviser ses parachutistes en 3 groupements, qui seraient chargés de prendre par surprise les aérodromes. L'infanterie serait ensuite larguée par des planeurs et constituerait la deuxième vague d'assaut. 

Les Allemands bombardèrent massivement pendant 6 jours, et le 20 mai 1941, les parachutistes Allemands sautèrent près de Malémé, Héraklion et Réthymnon. Mais ils n'atteignirent aucun de leurs objectifs. Student concentra alors ses forces sur Malémé et s'en empara le 21. Pendant 5 jours les troupes Alliées se battirent pied à pied. L'amiral Rawlings, qui avait envoyé une escadre de soutien dû la retirer. Le 27, Freyberg donna l'ordre d'évacuer l'île. Les défenseurs de Réthymnon, qui n'avaient pas reçu l'ordre d'évacuation, capitulèrent le 30 mai. Dans la nuit du 29, 2 croiseurs embarquèrent les défenseurs d'Héraklion. Dans la nuit du 29 au 1er juin, Freyberg fit rembarquer le gros de ses troupes, à Sfakion, au sud. Le 1er juin, les unités qui n'avaient pas pu être évacuées se rendirent. 

Les Allemands avaient perdu un quart des parachutistes(7 000 blessés et tués), 250 avions de transport et 180 chasseurs. Les Britanniques dénombraient 17 000 tués, blessés et prisonniers, la perte de tout le matériel lourd, de tous les véhicules, ainsi que de 10 navires de la Royal Navy. Cette opération poussa Hitler à annuler une opération semblable sur Malte, et à ne plus mener d'attaques de ce genre jusqu'à la fin de la guerre. 

[Haut de page]