| Le conflit | Dossiers | Photos | Documents sonores | Biographies | Chronologie | Bibliographie | Lexique | Cartes | Recherche | Liens |

La bataille d'Angleterre

PRECEDENT

ACCUEIL

SUIVANT

Spitfires

Alignement de Supermarine Spitfire Mk IX(juillet 1944).

Hurricanes

Hurricanes prêts à décoller.

Bombardier Allemand BF-110C

Bombardier Allemand BF-110C.

DCA

DCA.

Hurricane

Ci-dessus et ci-dessous, appareils Hurricanes.

Hurricane

Hurricanes

Flotte de Hurricanes.

DornierDO17Z

Dornier DO17Z.

Après l'invasion en 1940, d'une partie de l'Europe par les troupes Allemandes, le Royaume-Uni décida de rejeter toutes les propositions de négociations d'Hitler. En juillet 1940, Hitler proposa aux Britanniques une paix de compromis avec l'Allemagne, et fit de nouvelles offres de négociations. Mais Churchill refusa. Ce dernier décida donc en juillet 1940 d'envahir l'Angleterre. Mais il devait obligatoirement neutraliser la RAF. Il y avait d'un côté le maréchal de l'Air, sir Hugh Dowding, commandant les chasseurs(Fighter Command) de la RAF, et de l'autre les maréchaux Kesselring et Sperrle, qui commandaient les 2ème et 3ème flottes aériennes de la Lutwaffe. Les Anglais engagèrent 55 squadrons du Fighter Command, soit 850 chasseurs(Spitfire et Hurricane), c'est-à-dire 3 080 pilotes. Les Allemands disposaient de 1 000 chasseurs, de 1 200 bombardiers(Junker, Dornier et Heinkel), de 280 bombardiers en piqué(Stukas), et de 375 chasseurs-bombardiers(Focke-Wolf et Messerschmitt), soit 10 000 hommes d'équipage. 

La Kriegsmarine et l'OKW lui proposèrent un plan d'opération : l'opération Seelöwe(Otarie). Mais il fallait pour qu'il réussisse faire deux choses : reporter le débarquement, prévu le 15 août, au 17 septembre, et surtout que la Lutwaffe mette hors d'état de nuire la RAF. Hitler donna le 2 août au maréchal de l'air Goering, qui était le commandant en chef de la Lutwaffe, l'ordre de détruire les forces aériennes ennemies. C'était le début de la bataille d'Angleterre, qui avait cependant déjà commencé depuis le 10 juillet, car c'est à partir de cette date que les 2ème et 3ème flottes aériennes de Goering, qui étaient basées en Belgique et dans le Nord de la France, avaient commencé à bombarder les ports du sud de l'Angleterre et à attaquer les convois maritimes Anglais de la Manche. Les Allemands avaient obligés la Royal Navy à retirer ses destroyers de Portsmouth, et à dérouter ses convois marchands par l'Ecosse. Mais la RAF avait abattu 350 bombardiers Allemands et n'avait perdu que 200 chasseurs. 

Goering décida de lancer l'offensive décisive de la Lutwaffe le 13 août, le nom de code de l'opération était Adlertag(le Jour de l'aigle). Les Allemands disposaient de bases réparties sur 800 kilomètres de côtes, de Narvik à Brest. Mais les bombardiers Allemands ne pouvaient embarquer que 2 tonnes de bombes, et le meilleur chasseur : le Me-109, avait une autonomie de vol très courte. Les Anglais possédaient de très bons chasseurs : les Spitfire et Hurricane, une artillerie antiaérienne très efficace(DCA), et surtout ils étaient les seuls à posséder un double réseau de stations radar réparties le long des côtes Anglaises, qui prévenaient et guidaient les appareils Anglais, ce qui leur permettait d'économiser des ressources en n'effectuant que les sorties nécessaires. Ils avaient aussi un autre avantage : ils combattaient à proximité de leurs bases. Quand un aviateur Britannique était abattu le pilote s'éjectait et tombait au-dessus du Royaume-Uni ce qui lui permettait de reprendre le combat en quelques heures tandis qu'un pilote Allemand qui était abattu au-dessus de l'Angleterre était perdu. 

Le 13 août 1940, la grande offensive Allemande fut lancée dans l'après-midi. La Lutwaffe, commandée par Goering, effectua 1 000 sorties de chasse et 485 sorties de bombardement. La Lutwaffe perdit 45 bombardiers et chasseurs, tandis que les Britanniques n'avaient perdu que 13 chasseurs. Le 14, le temps qui se dégradait(il était déjà mauvais le 13), obligea les Allemands à n'engager que le tiers des flottes de Kesselring et de Sperrle qui avaient été utilisées la veille. Le 15, la 5ème flotte du général Stumpff, qui était stationnée au Danemark et en Norvège, vint aider  les autres flottes ; il engagea tous ses chasseurs et la moitié de ses bombardiers, soit au total 1 000 appareils. La RAF dut repousser au cours de cette journée 5 attaques successives. 75 appareils Allemands furent détruits et 35 chasseurs Anglais furent abattus. Les 16 et le 17 les attaques se poursuivirent, mais n'eurent aucun résultat. Du 18 au 23, les opérations durent être suspendues à cause du mauvais temps. En 10 jours une centaine d'appareils Britanniques avaient été détruits, contre 100 chasseurs et 400 bombardiers pour les Allemands. De plus ces derniers avaient du renoncer à l'emploi des Stukas trop vulnérables, et des Me-110, trop lents. 

Le 24, Goering lança sa seconde offensive. Cette fois-ci les raids furent concentrés sur les pistes d'envol, les hangars, les stations radar, les centres de contrôle aérien, et les usines d'aviation Britanniques. Pendant 14 jours, c'est-à-dire jusqu'au 6 septembre, la RAF effectua en moyenne plus de 700 sorties quotidiennes, en étant placé constamment en état d'alerte. Les Britanniques perdirent 295 chasseurs et 171 autres furent gravement endommagés, tandis que la Lutwaffe avait perdue 530 appareils. Début septembre, la RAF commençait à manquer de pilotes et d'appareils. 

Mais le 7 septembre, Hitler ordonna un changement d'objectifs. Il avait décidé qu'il fallait concentrer tous les raids sur Londres, c'était le début du Blitz qui se poursuivra jusqu'en mai 1941. La RAF put grâce à cela reconstituer ses escadrilles. Hitler venait de renoncer à l'opération Seelöwe(qui fut d'abord reportée à la mi-octobre, puis renvoyée au printemps 1941). Début novembre Goering fit cesser toutes les attaques de jour sur la Grande-Bretagne, et limita les actions de la Lutwaffe à des raids nocturnes sur Londres, les ports, les villes et les centres industriels du Royaume-Uni. En 80 jours, la RAF avait détruit 1 733 appareils ennemis(27 000 sorties pour la Lutwaffe), et n'avait perdu que 915 chasseurs et 520 pilotes pour 65 000 sorties. Le Blitz(chaque nuit, 200 à 300 avions larguèrent des tonnes de bombes explosives ou incendiaires sur l'Angleterre. Covertry fut rayée de la carte le 15 novembre 1940. Bilan: 15 000 morts, 20 000 blessés) continuait mais les Anglais venaient de gagner la bataille d'Angleterre. Winston Churchill écrivit par la suite au sujet du sacrifice de ces 1 000 pilotes : "Jamais dans l'Histoire un si petit nombre d'hommes n'a tenu entre ses mains le destin d'un si grand nombre". 
JU-88K JU-88 Spitfire Spitfire
JU-88K. JU-88. Spitfire. Spitfire.
Messerschmitt BF-109E Messerschmitt BF-110 Stuka Stukas
Messerschmitt Bf-109E. Messerschmitt BF-110. Stuka. Flotte de Stukas.
Spitfire Station radar Messerschmitt264 Heinkel 111 en feu
Spitfire. Station radar. Messerschmitt 264. Heinkel 111 en feu.

[Haut de page]